Les artefacts anachroniques.

Publié le par Shureeken

Régulièrement la communauté scientifique est confrontée à des dilemmes. Ces doutes s'installent quand, lors de fouilles, des archéologues trouvent des objets qui ne peuvent pas exister à l'époque correspondant au niveau des fouilles en cours.

Ce sont des objets anachroniques (décalés dans le temps), certains sont connus, comme le mécanisme d'Anticythère, ou les piles de Bagdad qui feront l’objet d’articles sur ce blog ultérieurement, ou encore les cartes de Piri Reis dont j’ai déjà parlé. Mais beaucoup d’autre objets ont failli remettre en cause la théorie même de l’humanité telle que nous l'ont décrite les livres d’histoire.

Faute de pouvoir expliquer comment des objets manufacturés (faits par la main de l’homme) ont pu se trouver dans des strates archéologiques antérieures à l’existence même du premier hominidé, les scientifiques se sont contentés d’ignorer ces objets et de les classer comme « anomalies ».

Dans cet article je vais vous en présenter quelques-uns.

Un article leur étant déjà consacré sur ce blog je ne vais pas m’étendre sur les cartes de Piri Reis qui ont été réalisées par l’Amiral Ottoman du même nom et qui datent de 1513. Ces cartes sont un bon exemple d’objet anachronique. Non pas par leur création mais par le niveau de détail et les données qu’elles contiennent. Les distances entre l’Afrique et l’Amérique parfaitement exactes à une date où on avait du mal à mesurer la Méditerranée faute de savoir mesurer les longitudes, découvertes 200 ans plus tard. Plus surprenant, des dessins de cotes ou de continents non découverts à cette date comme l’Antarctique dessiné tel qu’il était il y a… 6000 ans !

Piri reis carte

Autre artefact sujet à controverses et aux légendes les plus folles, le mécanisme d’Anticythère. Découvert en avril 1900 par un pécheur d’éponges dans une épave antique par 60 mètres de fond au large de l’ile d’Anticythere, en Grèce. Ces fragment de métal ont été remontés de l’épave et ne présentaient à priori aucun intérêt. Ce n’est que deux ans plus tard, en 1902 et après les avoir nettoyées que l’on comprit qu’il s’agissait d’un mécanisme complexe. Et ce n’est que bien plus tard, en 2006 que l’on comprit à quoi était destiné cet appareil : calculer le mouvement du soleil et de la lune. Problème, le mécanisme est daté d’un siècle avant JC, il est composé d’engrenages complexes et les premières « horloges astronomiques » simples ne voient le jour qu’au moyen âge. Et aucun autre objet semblable n’a jamais été découvert (officiellement) à la même époque… Un article sera consacré à cet objet mystérieux, je n’en dis donc pas plus pour le moment.

anticythere.jpg

36 ans après cette découverte, en 1936, c’est au sud de Bagdad que les logiques historiennes et scientifiques vont être à nouveau ébranlées. Un étrange vase en terre cuite est retrouvé parmi des centaines d’objets antiques lors de fouilles archéologiques. Ce vase de 15cm de haut et de 7 cm de diamètre est fermé par un bouchon de bitume. Il contient une tige de fer entourée d’un cylindre de cuivre. Sans trop savoir à quoi pouvait servir cet objet il est placé dans les caves du musée de Bagdad. Ce n’est que deux ans plus tard que le directeur du Musée et archéologue Wilhem König réalise qu’en remplissant le vase d’une solution acide il pourrait se transformer en pile électrique. Son usage aurait pu servir à dorer les bijoux par électrolyse… Problème : la première pile électrique reconnue par l’histoire et la science date du 19è siècle et fut inventée par Alessandro Volta. La pile de Bagdad aurait 2000 ans d’avance sur la technologie. Cette « pile » fera l’objet d’un article sur ce blog dans les semaines qui viennent, à suivre donc.

bagdad.jpg

Plus facile à dater, en 1845, en Ecosse, un outil que l’on pourrait assimiler à un marteau ou une pioche est retrouvé dans de la roche fossile datant de 400 millions d’années. Rappelons que l’âge de fer a commencé il y a seulement 3500 ans et que les dinosaures ont disparu il y a 65 millions d’années et ont régné 65 millions d’années sur terre. Cet outil fait par la main de l’homme car il est l’assemblage d’un manche en bois et d’un « marteau » en acier, a été saisi par la gangue de roche près de 270 millions d’années avant l’apparition des premiers dinosaures ! La datation de la roche étant celle la plus fiable, la liaison de « l’outil » avec la roche n’ayant pu être réalisée que quand la roche était encore à l’état de boue, font que l’âge de cet artefact n’est pas contestable. Il dérange les scientifiques, au point qui est relégué dans les caves de divers musées qui se le transfèrent au grès des chercheurs curieux.

fossil-hammer.jpg

marteau.jpg

Autre artéfact « pré-saurien » (apparu avant les dinosaures), le pot de fer de l’Oklahoma. En 1912, des mineurs de charbon extraient des tonnes de charbon chaque jour de la mine de Thomas dans l’Oklohoma. Après avoir cassé un énorme bloc de charbon, un mineur est intrigué par une forme ronde prise dans l’amalgame. Lorsqu’il le dégage il a la surprise de voir qu’il s’agit d’une sorte de pot muni de deux becs verseurs. Là encore, problème, le charbon est une matière fossile par définition et le bloc dont cet pot a été extrait date au moins de 300 millions d’années, la encore les dinosaures n’apparurent que 170 millions d’années plus tard… Quelle main à façonné cet objet ?

ironpot312milion.jpg

Toujours sur le continent américain, à Dorchester dans le Massachussetts, en 1851, des ouvriers effectuent des opérations de minage à la dynamite pour casser la roche. Après une explosion, des ouvriers sont attirés par un objet qui dépasse de la roche. Il s’agit d’une sorte de vase en forme de cloche, il est en deux parties parfaitement conservées et finement ciselées. Les analyse montreront que l’objet est constitué d’un alliage de zinc et une forte teneur en argent. Là aussi la science a du faire l’impasse sur toutes les théories connues puisque la roche d’où a été extrait ce vase/cloche date de 100.000 ans. A cette époque l’homme existait sous la forme de l’homo sapiens (nous quoi), sauf que l’homo sapiens n’a maitrisé le métal que 95 000 ans plus tard vers 3000 avant JC et en commençant par le bronze. Cet objet a voyagé de musée en musée pour finir par disparaitre…

dorchester-pot.jpg

En Bolivie, entre le 5ème et le 11ème siècle vivait un peuple appelé Qimbayas, Ils fabriquaient des bijoux en or de toutes sortes, colliers, bracelets, boucles d’oreilles, de nez et, un étrange objet ressemblant à un oiseau, sauf que les ailes et la queue font plus penser à un avion qu’à un passereau. En effet, aucun oiseau n’a la queue avec un empennage vertical et horizontal. Or cet objet possède des stabilisateurs horizontaux et verticaux sur la queue, comme un avion. Autre caractéristique étrange, les ailes sont situées à la base du corps (ou du fuselage), là encore aucun animal volant ne possède des ailes fixées sous le corps, seul les avions sont conçus de telle sorte. Enfin, des spécialistes en aérodynamique ont démontré que les dimensions et la conception de l’objet lui aurait permis de voler. Beaucoup de similitudes avec un avion pour que ce soit une simple vue de l’esprit de son auteur.

avionantique.png

Les tubes métalliques de Bai gong en Chine bousculent la logique scientifique et historique. Les grottes de Bai gong en chine sont réputées pour leur mystère, en effet, outre la forme de leur entrée qui est triangulaire on trouve à l’intérieur, pris dans la roche de nombreux tubes métalliques. Nul ne sait à quoi servaient ces tubes ni comment ils ont été introduits dans la roche. A moins qu’ils aient été fait et plantés dans de la boue qui, durant des millions d’années s’est transformée en roche… Mais qui à pu créer es tubes à une époque où l’homme n’existait pas ?

baigongpipe1.jpg

Baigong-pipe.jpg

Le stégosaure du temple Ta Prohm au Cambodge est une autre forme d’anachronisme dans l’histoire. Les dinosaures ont disparu il y a 65 millions d’années, je l’ai assez répété sur cet article. Les premiers ossements de dinosaures retrouvés datent du 18ème siècle. Les premières interprétations de ce qu’auraient pu être les dinosaures datent de la fin du 19ème début du 20ème. Or, sur un temple cambodgien figurent des sculptures datant du 11ème siècle qui montrent clairement l’image d’un… Stégosaure, un animal préhistorique qui n’a jamais cohabité avec l’homme (d’après la science). Des analyses ont confirmé que les sculptures datent bien du 11ème siècle et ont été réalisée en même temps et avec le même outil que les autres… Etrange, non ?

cambodia-corner1.jpg

cambodia-stegasaurus1.jpg

En 1961, Wallace Lane, Virginia MAXEY, et Mike Mikesell sont les heureux propriétaires d’un magasin de mineraux où ils exposent et vendent des pierres, quartz et autres géodes. Comme d’habitude ils partent dans les monts de Coso à Olancha, Californie pour chercher des pierres suscpetibles de contenir des minéraux exploitables. Mais lorsqu’ils voulurent couper l’une d’elle pour voir quel quartz ou pierre précieuse elle contenait, ils eurent la surprise de voir la lame diamant de la disqueuse se briser. Au lieu de contenir une cavité vide, la géode contenait un cylindre de matériaux dur et blanc comme de la porcelaine. Au centre de ce cylindre se trouvait une tige de 2 mm de diamètre de métal magnétique brillant. La porcelaine était recouverte d’une couche de cuivre corrodée lui-même entouré d’une couche de minéral composée de beaucoup d‘oxyde de fer de section héxagonale. La partie extérieure de l’artefact était recouverte de coquillages fossilisés et deux objets en métal non magnétiques qui ressemblaient à un clou et une rondelle. Une géologue leur expliqua qu’il avait fallu à la nature prés de 500 000 ans pour former ce nodule autour de ces objets. Plus tard des radios aux rayons X furent prises de l’objet pour voir ce qu’il contenait. L’intérêt n’en était que plus important, la radio montrait une hélice minuscule métallique sur la partie supérieure et un gainage métallique, la partie en cuivre, recouvrant l’autre moitié du cylindre en porcelaine dans la roche.Difficile de savoir à quoi servait cet objet, car il est évident qu’il ne s’agit pas d’un objet créé par la nature. Certains rapprochent la forme et la composition de l’objet d’une bougie de moteur composée aussi de métal, de cuivre et de porcelaine. Des détracteurs y voient même des bougies de voiture Ford T datant des années 1920. Reste à comprendre comment une bougie de voiture s’est retrouvée 40 ans plus tard, pétrifiée dans une roche millénaire dans une montagne de Californie…

coso_artifact2.jpg

coso_artifact_1.jpg

Beaucoup d’autres objets dorment dans les caves des musées faute de pouvoir les rattacher à l’histoire humaine. La science préfère ignorer ces objets plutôt que d’accepter revoir ses théories sur l’existence de l’humanité sur Terre.

Il faut dire qu’il est difficile de devoir reconnaitre qu’une civilisation a pu exister avant l’apparition des premiers dinosaures. Cela remettrait en cause toutes les théories de l’humanité.

Mais, imaginons qu’en plus de ces objets des documents aient pu traverser les âges, des documents qui auraient pu tomber dans les mains d’une personne comme Léonard de Vinci, on pourrait comprendre comment il a pu dessiner et inventer des objets presque fonctionnels et précurseurs sur leur époque.

En parallèle à ces objets on peut imaginer que la bibliothèque d’Alexandrie pouvait abriter des documents expliquant l’histoire ancienne de l’humanité, mais cette bibliothèque est sensée avoir été détruite entre -50 et +640 de notre ère sans plus de preuves de sa destruction ou du devenir des nombreux documents qu’elle abritait.

classic-tape21.png

Un joli "fake" de K7 fossile histoire de rigoler un peu.

 

Allez, un petit dernier pour la route.

Des traces de pas humanoïdes qui côtoient des pasde dinosaures ! En 1983 le professeur Amanniyazov directeur de l’Institut de géologie de  Turkménie identifie ce qui semble être des traces de pas humains dans une strate de l’ère Mésozoïque (-250 à – 66 millions d’années). Cette trace côtoie des traces de pas de dinosaures et elle appartenait à un animal doté de pieds humains et qui devait être plus grand que nous.

humanfootprint04.jpg

Ce cas pourrait paraitre une "anomalie", comme aiment à appeler ces anachronismes les scientifiques, si il n’y avait un autre cas de traces de pas humains avant l’apparition du premier homme. C’est au Nouveau Mexique, à Zapata, qu’une autre trace de pas a été trouvée dans du limon pétrifié datant de l’ère permienne (-300 à -250 millions d’années environ). De par la qualité et la netteté de ces traces et la datation indiscutable, les traces  humanoïdes font l’objet de questionnement permanent de la communauté scientifique. Ces traces « problématiques » côtoient là encore de nombreuses traces d’animaux de cette ère, marchants ou rampants. La netteté des traces est telle qu’il est possible d’identifier ce qui pourrait être des ongles au bout de chaque orteil. L’animal était bipède et, a priori n’était ni un oiseau ni un dinosaure… Etrange non ?

footprintzapata.jpg

Publié dans Objets

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article